Subscribe to South Asia Citizens Wire | feeds from sacw.net
Home page > General > Communique from Ceras, Canada: Attentat sur les pèlerins hindou à kashmir / (...)

Communique from Ceras, Canada: Attentat sur les pèlerins hindou à kashmir / Attack on Hindu pilgrims in Kashmir

17 July

printable version of this article printable version
fontsizedown
fontsizeup

Centre d’Étude et Ressources d’Asie Sud

14 juillet 2017

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE – ATTENTAT SUR LES PÈLERINS HINDOU À KASHMIR

CERAS condamne l’attaque fatale contre les pèlerins hindous en route vers Amarnath, l’un des sanctuaires hindous les plus vénérés, pendant cette saison de pèlerinage. Il demande également de faire preuve de prudence en attribuant le blâme. L’attaque a eu lieu vers 20h10 (IST) le lundi 10 juillet au village de Botengo, dans le district d’Anantnag, dans le sud du Cachemire, sur la route nationale de Srinagar-Jammu.

Personne n’a encore revendiqué la responsabilité de l’attaque de lundi. Cependant, au moins initialement, des hypothèses et des insinuations non verbales semblaient impliquer que l’attaque du lundi était le travail de nationalistes armés du Kashmiri. Dans ce contexte, il est important de noter que si cela en était ainsi, ce serait une aberration majeure.

En fait, les nationalistes kashmiriens ont souvent déclaré publiquement, et cette année ne fait pas exception, que les pèlerins ne seront pas blessés. Il y a un mois, le célèbre nationaliste kashmiri Syed Ali Shah Geelani a déclaré: "Le yatra [pélerinage à Amarnath] a duré des décennies et les gens ont traité les pèlerins avec une hospitalité unique. Ils ont toujours été hospitaliers, décents et ont reçu les pèlerins comme invités ". Et à la suite de l’attaque d’hier, les dirigeants nationalistes ont "exprimé leur profond chagrin et leur chagrin sur le meurtre d’Amarnath Yatris à Anantnag ... et l’ont fermement condamné", l’attaque "va à l’encontre du grain de l’ethos du Kashmiri".

Depuis 1989 avec l’augmentation du militantisme nationaliste du Kashmiri, de nombreux Pandits (Kashmiri Hindous) ont fui. Mais beaucoup sont restés. Les invitations répétées des guérilleros nationalistes kashmiriens à Pandits pour retourner dans la vallée, subissent tout récit communaliste de la situation. Juste l’année dernière, le chef de la guérilla Zakir Rashid Bhat a déclaré: "Nous demandons aux Pandits de Kashmiri de rentrer chez eux. Nous prenons la responsabilité de leur protection. Ils devraient regarder ces Pandits qui vivaient dans la vallée du [Kashmir]. Est-ce qu’ils sont confrontés à des problèmes ici? "Les nationalistes ont toujours laissé entendre que leur conflit est avec l’État indien (qui maintient l’une des plus grandes présences militarisées au monde au Cachemire comme moyen d’abolir le nationalisme militant); Qu’il ne s’agit pas d’un conflit hindou-musulman ni d’un conflit où les civils sont ciblés.

Dans ce contexte, l’attaque contre les pèlerins d’hier soulève de nombreuses questions. S’il ne s’agit pas de guérilleros nationalistes qui ont perpétré l’attaque, alors, qui est responsable? Et pourquoi? Dans l’état actuel des choses en Inde où il y a une forte escalade dans la rhétorique et les actions nationalistes hindoues, où des fausses nouvelles sur les musulmans tuant des Hindous sont devenues une ‘standing operating procedure’, et où les musulmans ont été attaqués et tués par des moustiques de lynch (7 au dernier deux ans), l’attaque contre les pèlerins hindous à Amarnath a un potentiel incendiaire.

Au fur et à mesure que les détails apparaissent, il semble y avoir une meilleure compréhension de la façon dont l’événement s’est déroulé. Le bus a développé un pneu crevé et s’est arrêté afin qu’il puisse être réparé. Les forces de sécurité couvrent l’autoroute nationale de 4 h à 7 h pour le Yatra d’Amarnath et il existe des horaires précis pour le mouvement des véhicules transportant des pèlerins. Le délai a eu pour conséquence que le bus était sur la route après le couvre-feu de 19 heures. Le Directeur général de la Force centrale de police de réserve (une des nombreuses forces para-militaires du gouvernement au Cachemire) a déclaré: "Ces yatris [pèlerins] ne s’étaient pas inscrits, comme on l’a conseillé, et ne sont même pas devenus membres du yatra [pèlerinage ] Convoye, escorté par des forces de sécurité, à destination et en provenance d’Amarnath, tous les jours. Ils ont également violé le couvre-feu de 7 heures sur le mouvement de yatris."

L’un des pèlerins dans le bus, Yogesh Prajapati a déclaré qu’une jeep de l’armée avait commencé à suivre le bus à un moment donné et que les terroristes auraient pu viser la jeep mais ont fini par frapper le bus. Certains dans les médias font également référence à un autre incident en 2000 lorsque les pèlerins et les gens du pays qui les servent de porteurs et de cavaliers ont été tués dans un feu croisé entre les forces de sécurité indiennes des combattants armés non identifiés. Cependant, il faut souligner que, dans ce cas, les civils, y compris les pèlerins d’Amarnath, n’étaient pas les cibles, mais ont été tués dans le feu croisé.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de réponses à propos de qui a effectué cette attaque. Pendant des décennies, le Kashmir a été utilisé comme football politique en Inde et à travers la frontière par le Pakistan. Tout en condamnant ce terrible acte de violence, il est également important de ne pas s’engager dans un jeu de culpabilité non fondé, de ne pas confondre le communalisme et le nationalisme et d’être conscient que les responsables se concentrent sur leurs propres objectifs avec un mépris cynique pour les personnes dont les vies sont détruites par leurs actions.

cerasmontreal[at]gmail.com

- 30-

CERAS - SOUTH ASIA RESEARCH AND RESOURCE CENTER

14 July 2017

FOR IMMEDIATE RELEASE — ATTACK ON HINDU PILGRIMS IN KASHMIR

CERAS condemns the fatal attack on Hindu pilgrims on their way to Amarnath, one of the most revered Hindu shrines, during this pilgrimage season. It also urges caution in ascribing blame. The attack took place around 8.10 pm (IST) on Monday 10th July at Botengo village in Anantnag district in South Kashmir on the Srinagar-Jammu National Highway.

Nobody has as yet claimed responsibility for Monday’s attack. However, at least initially, unspoken assumptions and innuendo seemed to imply that Monday’s attack is the work of armed Kashmiri nationalists. In this context, it is important to note that if indeed this were so, it would be a major aberration.

In fact Kashmiri nationalists have often publicly stated, and this year is no exception, that the pilgrims will not be harmed. A month ago well-known Kashmiri nationalist Syed Ali Shah Geelani stated: “The yatra [pilgrimage to Amarnath] has been going on for decades and the people here have treated the pilgrims with unique hospitality. They have always been hospitable, decent and received the pilgrims as their guests”. And in the wake of yesterday’s attack, nationalist leaders have “expressed deep sorrow and grief over the killing of Amarnath Yatris in Anantnag … and strongly condemned it;” the attack “goes against the very grain of Kashmiri ethos”.

Since 1989 with the increase in Kashmiri nationalist militancy, many Pandits (Kashmiri Hindus) fled. But many also remained. Repeated invitations from Kashmiri nationalist guerrillas to Pandits to return to the valley, subvert any communalist narrative of the situation. Just last year the guerrilla leader Zakir Rashid Bhat stated: “We request Kashmiri Pandits to return to their homes. We take the responsibility of their protection. They should look at those Pandits who have been living in the [Kashmir] Valley. Did they face any problems here?” The nationalists have always made it clear that their conflict is with the Indian state (which maintains one of the largest militarized presences in the world in Kashmir as a way of stamping out militant nationalism); that this is not a Hindu-Muslim conflict, nor is it a conflict where civilians are targeted.

In this context, the attack on the pilgrims yesterday raises many questions. If it is not nationalist guerrillas who perpetrated the attack, then who is responsible? And why? In the current state of affairs in India where there is steep escalation in Hindu nationalist rhetoric and actions, where fake news about Muslims killing Hindus has become standard operating procedure, and where Muslims have been attacked and killed by lynch mobs (7 in the last two years), the attack on the Hindu pilgrims to Amarnath has incendiary potential.

As details emerge there seems to be a somewhat better understanding of how the event unfolded.The bus had developed a flat tire and stopped so it could be fixed. Security forces cover the national highway from 4 AM to 7 PM for the Amarnath yatra and there are definite time schedules for the movement of vehicles carrying pilgrims. The delay resulted in the bus being on the road after the 7pm curfew. The Director-General of the Central Reserve Police Force (one of many government para-military forces in Kashmir) stated: “These yatris [pilgrims] had not registered themselves, as is advised, and did not even become part of the yatra [pilgrimage] convoy, which is escorted by security forces, both to and from Amarnath, everyday. They also violated the 7 pm curfew on movement of yatris.”

One of the pilgrims in the bus, Yogesh Prajapati said that an Army jeep had started following the bus at some point and the terrorists might have aimed at the jeep but ended up hitting the bus. Some in the media are also making reference to another incident in 2000 when pilgrims and locals who serve them as porters and horsemen were killed in crossfire between Indian security forces unidentified armed fighters. However it needs to be pointed out that in that instance civilians, including pilgrims to Amarnath were not the targets, but were killed in the crossfire.

As of now there are no answers about who carried out this attack. For decades, Kashmir has been used as a political football within India and across the border by Pakistan. While condemning this terrible act of violence, it is also important not to engage in an unsubstantiated blame game, to not conflate communalism and nationalism and to be cognizant that those responsible focus on their own objectives with cynical disregard for the people whose lives are destroyed by their actions.

- 30-

cerasmontreal[at]gmail.com

admin | Site Map |